Le bloc-notes

Gilles CLAVREUL - 15 Fév 2019

LE CALME ET LA HAINE

Etrange moment d'entre-deux que celui que nous vivons depuis quelques jours : tandis que les Gilets Jaunes s'essoufflent pour de bon, sur fond de lassitude collective et d'aspiration grandissante à un retour au calme, la haine semble jaillir de toutes parts, hideuse et protéiforme. Moment de convulsion ou état durable d'une démocratie malade?

Dans l’ordre, oui, mais quel ordre ?

Bien plus lente que ne l’aurait souhaité le Gouvernement, la décrue des Gilets Jaunes s’amorce pour de bon. La participation décline, les propos se radicalisent ; certains leaders dévoilent leur vrai visage en parlant de groupes para-militaires, un visage sinistre ou de comédie, c’est au choix. Surtout, l’opinion publique semble pour de bon gagnée par la lassitude : tout en conservant une certaine sympathie au mouvement, les Français sont chaque semaine plus nombreux à se demander ce qui pourrait bien en sortir désormais. Les commerçants ont fait leur compte, et ils ne sont franchement pas bons : on peut être travailleur indépendant, avoir du mal à boucler ses fins de mois, et ne pas apprécier qu’on fasse du tort au commerce. Enfin, malgré le scepticisme qui l’avait accueilli, le Grand débat national suscite un engouement inattendu. Retour à l’ordre, donc, pas complètement acquis, mais en bonne voie.

Tout rentrera dans l’ordre... oui, mais lequel ? Sur beaucoup de sujets il faudra trancher, sans nécessairement attendre ce référendum à entrées multiples dont le principe a l’air d’être désormais plus certain que le calendrier. Des arbitrages lourds de conséquences et gros de mécontentements seront à rendre sur des questions dont on a parlé (le financement des retraites, la mise à plat de la fiscalité, la transition énergétique, les fractures territoriales) mais aussi sur des questions dont on a moins parlé, comme la politique de la ville, la dépendance ou encore la réforme de la fonction publique, pour laquelle un discours fondateur, annoncé pour février, vient d’être repoussé. Tout cela dans un calendrier coupé en son milieu par les élections européennes, premier test politique grandeur nature pour Emmanuel Macron depuis son élection. A la fin de cette séquence, qui s’achèvera avec la présentation du projet de loi de finances à la rentrée, nous serons au milieu du quinquennat, et déjà 2022 sera dans toutes les têtes.

La haine partout, sous toutes les formes

Il y a la haine ordinaire, fille du ressentiment et de la bêtise, celle du paumé qui rumine ses échecs. Il y a celle, ou plutôt celles, au pluriel, que captent, structurent et attisent des entrepreneurs idéologiques : fanatiques religieux, identitaires, casseurs, guerilleros auto-proclamés et autres cracheurs de feu. Ceux qui chaque jour, obstinément, actionnent les pinces de la tenaille identitaire en incitant les uns à détester les autres, non pour ce qu’ils pensent, ni ce qu’ils font : simplement pour ce qu’ils sont. Habitude millénaire : les juifs sont les premiers à prendre ; cela ne rate presque jamais, et les 74% de hausse des actes antisémites sont là pour nous le rappeler. Les femmes, les homosexuels, les francs-maçons, les immigrés, ne sont jamais très loin, c’est une question de temps. On ressasse la dispute, désormais rituelle, entre « ancien » et « nouvel » antisémitisme. Ils existent tous deux et s’encouragent mutuellement, pas besoin de les opposer. Là-dessus, vigilance, bien sûr, condamnation absolue, évidemment. Mais surtout, il ne faut pas avoir peur de faire peur : les haineux ne comprennent que cela, mais ils le comprennent très bien. Il faut donc une pression républicaine de tous les instants, et une répression implacable. Car les citoyens ne sont libres que délivrés de la haine, à la fois de la peur de la subir, et de la tentation de l’éprouver.

Et puis il y a la haine haut de gamme, « premium » comme on le dit d’un véhicule ou d’un voyage organisé. Une haine raffinée, précise, stratégique. On la voit à l'oeuvre en politique, mais aussi dans le champ intellectuel, ainsi que dans la presse. Nous avons analysé ici la sidérante affaire de la « Ligue du LOL », du nom de ce cénacle de journalistes, de blogueurs et de communicants – presque tous des hommes - qui, pendant plusieurs années, ont harcelé et humilié des dizaines de victimes, très majoritairement féminines. Cela en dit long sur les raffinements pervers dont l’être humain est capable, même et surtout s’il est éduqué, dans le cadre d’un dispositif qu’il faut bien dire sadien, pour ne pas dire sadique.

Le milieu de la presse a toujours été féroce, Illusions perdues, le chef-d’œuvre de Balzac, nous le rappelle éloquemment : vendettas contre des rivaux de plume ou de cœur, petits services entre amis, cruauté dans l’entre-soi…nos Rubempré 2.0 ressemblent à leurs modèles, avec cependant des traits indiscutablement contemporains : le brouillage des registres propre aux réseaux sociaux, la schizophrénie entre, d'un côté, des valeurs progressistes et « bienveillantes » portées avec ostentation, et de l'autre, des pratiques de caïds de pissotière, notamment. Il faudra plus que des actes de contrition pour prévenir ce genre de comportements : de la formation initiale – la plupart des membres de la Ligue sortaient de la même école – au recrutement et aux contrôles internes, tout ou presque semble à revoir : on peut être à la pointe de toutes les tendances, mais stagner au Moyen-Age en matière de RH.

Déjà confrontée à une défiance record de l’opinion publique, bien plus élevée qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni, la presse ne sortira pas indemne de cette sordide affaire. Cela ne peut qu’inquiéter les républicains, toutes sensibilités confondues : la presse, c’est le système immunitaire de la démocratie. S’il s’affaiblit, c’est le corps politique tout entier qui tombe malade.

→ retrouver
les différentes
Bloc-notes